mardi, 20 février 2018 18:15

Idrissa Ouedraogo était une figure emblématique du cinéma africain

Written by
Rate this item
(0 votes)

En 1990, le Burkinabé avait reçu le Grand Prix du Festival de Cannes pour « Tilaï ». Dans un contexte où on ne peut pas parler de cinéma national. En Afrique, les structures cinéma restent très fragiles.

sorte de baobab du cinéma africain francophone, Idrissa Ouedraogo est mort ce dimanche à l’âge de 64 ans des suites d’une maladie. Et on comprend que le Burkina Faso pleure son « enfant » disparu. Car cette figure emblématique, auteur d’une trentaine de courts-métrages, d’une dizaine de longs et pour qui «  un film, c’est de la bonne image et du bon son, c’est tout  », avait l’imaginaire en forme de pellicule. Dans les plaines désertiques de son pays, il pensait le monde en images.

 

 

Read 66 times Last modified on mardi, 20 février 2018 18:20

Célébrités en vogue

Newsletter

Subscribe now to get 100 exclusive photo & two newsletters per month

Afrikcine Partout